Menu

La Terre

de Youssef Chahine



Égypte, 1970, 2h14, VOSTF
avec Nagwa Ibrahim, Ezzat El Alaili
 

La Terre
La Terre
Ce film est programmé dans le cadre du cycle des Grands Classiques 2019-2020 :
Images du collectif : survie, lutte et solidarité (livret PDF)

Dans l’Égypte des années 1930, gouvernée par une monarchie sous tutelle de la Grande-Bretagne, des paysans tentent de se révolter pour sauver leurs récoltes. Des restrictions à leurs permis d’irrigation leur sont imposées pour favoriser les propriétaires terriens…
Avant celui-ci, le très prolifique Youssef Chahine a déjà réalisé plus de vingt films dont Gare Centrale (1958) sélectionné à Berlin ou Le Fils du Nil (1952), en compétition à Cannes. En 1970 la Palme lui échappe une nouvelle fois pour La Terre, adaptation du roman éponyme d’Abderrahman Cherkaoui. Chahine sera finalement récompensé par le Prix du cinquantième anniversaire du Festival de Cannes pour l’ensemble de son œuvre en 1997. Son cinéma singulier et multiforme est profondément inspiré des classiques, qu’ils soient améri-cains ou soviétiques… Il s’attache à y dénoncer l’intégrisme, les inégalités, la corruption. Pas de tabous pour Chahine, il traite de sujets épineux sans détours, ce qui lui vaudra des démêlés avec la censure à plusieurs reprises.

Le film La Terre s’ouvre sur des mains examinant un plan de coton. Passe une jeune femme saluant Abou Souelam (Mahmoud Al Meleji) celui qui s’inquiète dans son champ de la sécheresse. La musique monte peu à peu, percussions et flûte traditionnelle. La partition signée Ali Ismail alternera tout au long du film des mélodies rythmées orien-tales et des pièces interprétées par une formation philharmonique, car jusque dans la musique Youssef Chahine recherche le métissage. Comme dans de nombreux films il sera intéressant pour le spectateur de garder à l’esprit cette première image pour la confronter avec le dernier plan.

Le montage nerveux nous conduit des champs au village, en plein soleil ou à la nuit tombée. Ainsi La Terre dépeint toute une galerie de personnages : la belle Wassifa, fille d’Abou Souelam, paysan res-pecté, le courageux Abdel Hadi qui lui fait la cour, Mohammed Effendi l’instituteur… Le film passe de l’un à l’autre puis revient vers un troisième et ainsi de suite. L’effervescence des jeunes, les discussions des plus vieux, un mariage, des négociations répétées avec l’épicier, autant de facettes qui dessinent le quotidien de cette communauté villageoise. Les plus riches (le maire) ou les représen-tants du pouvoir (Mahmoud Bey) sont montrés de la même façon, par petites touches, seuls ou lors de rencontres avec les paysans qui tentent de négocier un accès à l’eau suffisant pour lutter contre la sécheresse.

Chahine célèbre l’attachement viscéral des paysans à leur terre en s’abstenant toutefois de tout angélisme. Quand les conflits surgissent chez les plus pauvres, alors qu’ils devraient s’unir pour obtenir l’eau nécessaire à leur agriculture, individualisme et solidarité s’affrontent.

L’originalité du film et le mérite du cinéaste résident dans cette délicate analyse des relations complexes entre intérêts individuels et réponses collectives à l’injustice. "On veut la terre" dit Abou Souelam qui ajoute "Pour la terre il faut l’eau. Pour l’eau il faut des relations." Le pouvoir, l’argent, autant de mécanismes par lesquels se soumettent les individus. S’il reste des rebelles, des incorruptibles, la répression s’abat sur eux. Arrestations arbitraires, emprisonnement, torture, humiliation, rien ne leur est épargné. Le village est placé sous occupation policière et tous les habitants soumis au couvre-feu. Les damnés de La Terre sont ainsi mis en lumière par Youssef Chahine. Et quand ils pensent (nous pensons) que la bataille est gagnée, d’autres embûches surviennent. À l’évidence les paysans ne feront pas le poids. Une injustice d’autant plus criante que la fertilité de la terre est manifeste, que l’eau ne manque pas. Il faudrait simplement la partager. La conclusion nous amène alors à ce percutant plan final, dans lequel est concentrée la terrible injustice qui frappe toujours les plus démunis et les plus intègres.

Extrait du livret d"accompagnement 2019/2020 (Céline Soulodre, Guy Fillion)



Séances

CAMPBON • Cinéma Victoria
Mar 10/12/2019, 20:30

BOUGUENAIS • Cinéma Le Beaulieu
Mer 08/01/2020, 20:00

LA TURBALLE • Cinéma Atlantic
Jeu 20/02/2020, 20:45

LE POULIGUEN • Cinéma Pax
Ven 21/02/2020, 21:00

ANCENIS • Cinéma Éden 3
Mar 17/03/2020, 20:30

LA MONTAGNE • Cinéma Le Montagnard
Mar 07/04/2020, 20:30

SAINTE-MARIE-SUR-MER • Cinéma Saint-Joseph
Jeu 11/06/2020, 20:30